Ce que femme veut… selon Eugène Labiche

Les Ateliers JoJo présentent

« Ce que femme veut… »

Les deux timides et La grammaire

d’Eugène Labiche

promo

Log_cck

Avec toute « L’équipe à Jojo » :

Jean-Louis Danvoye, Raffaele Giuliani, Anne-Isabelle Justens, Amélie Segers,
 Valéry Stasser et Marianne Wery

Couplets nouveaux : Maryse Burnet et Daniel Justens
Musiques originales de Benoît Paradis
Mise en scène : Raffaele Giuliani et Anne-Isabelle Justens

Passer du second empire aux années ’50 pour monter le théâtre d’Eugène Labiche a du sens. Surtout si l’on entend parler de la condition de la femme. Car celle-ci n’a pas vraiment changé en un siècle. La femme du milieu du 20e siècle doit toujours obéissance : à son père d’abord, à son mari ensuite. Sa place dans la société est toujours celle d’une mineure. Mais les femmes ont plus d’un tour dans leur sac (à main?). Ce que la société ne leur accorde pas, elles se l’attribuent quand même. Par leurs qualités propres tout d’abord, par la ruse ensuite s’il le faut. Mais que l’on ne s’y trompe pas, même lorsque le sujet est grave, Labiche le traite avec humour et recul. Ses petits bijoux en un acte sont autant de mini comédies musicales qui traitent de vrais problèmes sur un ton enjoué, dénonçant les ridicules avec ironie et caricaturant une société sclérosée avec verve et en chansons. Labiche nous autorise à rire de l’absurdité d’un système inégalitaire. En réécrivant les couplets désuets datés du second empire et en les mettant en musique dans les années ’50, sans trahir le texte du génial auteur, on redécouvre un plaidoyer enjoué pour une société plus juste. Une société qui fait de la recherche de l’épanouissement le point essentiel.

Les deux timides

Comment faire pour épouser l’homme qu’on aime quand celui-ci est trop timide pour se déclarer, et qu’un autre prétendant s’impose effrontément à un père, lui aussi d’une timidité extrême ? C’est le problème que devra résoudre la jeune Cécile, nettement moins timide que son père et bien décidée à lui imposer sa volonté. Un coup de pouce du destin, une rencontre improbable et une prise de conscience tardive apporteront-ils le dénouement tant attendu ?

La grammaire

Peut-on faire carrière en politique quand on n’a pas d’orthographe ? Françoise Caboussat a trouvé la solution au problème en la personne de son fils, qui relit et réécrit la moindre de ses interventions. Mais voilà qu’un archéologue farfelu se met en tête de marier le jeune fils/secrétaire à sa fille tout en logeant le jeune couple bien loin des horreurs orthographiques maternelles. La politicienne en herbe pourra-t-elle concilier le bonheur de son fils et son ambition ?

Prix des places : 15 €
Membres et étudiants : 10 €

Réservations par mail via artandscienceprojects@hotmail.com
ou par téléphone au 0487 47 99 81

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Comments are closed.