Un colloque esthétique et éthique

Voici quelques photos souvenirs du colloque « De l’esthétique à l’éthique par les mathématiques » qui s’est tenu à la Haute Ecole Francisco Ferrer de Bruxelles en hommage au professeur Bair, lors de son départ à l’honorariat.

 

Jean Mawhin et Jacques Bair en pleine conversation

 

Plus de 80 participants ont remercié Jacques Bair pour sa carrière remarquable. Parmi eux, et non des moindres, le professeur Jean Mawhin dont l’exposé plein d’humour sur les nombres complexes, leur histoire et le « meurtre de la trigonométrie » en a intrigué plus d’un.

Gisèle De Meur, patronne de l’expo « Arts et Maths »

 

 

La conférence inaugurale fut prononcée par Gisèle De Meur, Professeure à l’Université Libre de Bruxelles et aussi commissaire de l’exposition « Arts et Maths » dont le succès montre de manière éclatante l’intérêt des jeunes pour les maths … quand on sait comment les atteindre.

Philippe Delfosse, directeur-général adjoint d’Integrale: un actuaire sensible à l’éthique

 

 

 

 

Cette journée a pu être organisée grâce à notre partenaire de longue date, le magasine « Tangente » dont le rédacteur en chef, Gilles Cohen, nous a fait l’amitié de se déplacer en personne pour nous interpeller à propos des droits des mathématiciens sur leurs créations.

 

Gilles Cohen, initiateur et rédacteur en chef de la revue « Tangente » et mécène des maths

Animation photo assurée par « Les surexposés »

 

 

 

 

 

 

Que serait une journée en l’honneur de Jacques Bair sans Valérie Henry qui d’un coup de baguette non standard nous a transformé une ellipse en parabole?

Valérie Henry dans un numéro étonnant de transformation non standard


La conférence de clôture, richement illustrée par Hervé Lehning fut également une réflexion sur la nécessaire éthique des mathématiques.

Hervé Lehning, conférencier mais aussi photographe, philosophe et auteur de best-sellers mathématiques (eh oui, ça existe !!!)

Toutes les symétries sont dans la nature. Et si elles n’y sont pas, on peut les construire.

Ne serait-ce pas une allusion au mythe de la théière du mathématicien philosophe Bertrand Russel ?

 

Le mot de la fin (si l’on peut dire) fut donné au mime Jean-Louis Danvoye.

« Les Surexposés » en pleine action

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Comments are closed.